Ma Photo

Albums Photos

Blog powered by Typepad
Membre depuis 11/2004

Ouvrez votre blog gratuit!

Utile et agréable

Un poème par jour

  • Lucien Toscane
    Poète à temps partiel qui tente de publier un poème par jour.

« Il pleut | Accueil | Rencontre avec Roland Moreno, l'inventeur drôle, drôle d'inventeur »

Commentaires

Je suis un lecteur de très longue date de 01 info. Bon. Presse spécialisée, bien informée. Ok. Mais entre-nous, il faut quand même reconnaître que, comme pour tous les canards, il n’échappe pas de temps à autre aux publi-reportages plus ou moins fabriqués, plus ou moins annoncés. J’ai été moi-même fournisseur de produits à une époque, je sais donc de quoi je parle. L’équilibre économique passe en effet par la pub. Du coup, l’objectivité du journalisme est bien souvent compromise par le poids des annonceurs. Ce n’est d’ailleurs pas le propre de la presse technique mais bien de la presse en général. Mais il faut bien vivre comme dirait l’autre….
De toutes façons, il faut déjà admettre que l’usager de l’information qu’elle soit technique ou généraliste, n’est pas qu’un système digestif monté sur pattes. Il dispose aussi d’un cerveau. Du coup il n’est pas dupe. D’ailleurs, les enquêtes le répètent inlassablement : le lecteur n’a plus confiance dans sa presse. Le modèle économique qui lie l’information aux annonceurs et aux ramifications de la finance ne satisfait pas le lecteur qui n’est pas toujours qu’un consommateur abruti. Il cherche donc naturellement d’autres sources d’informations. Et il tombe sur le blog. Alors les blogs seraient-ils tous écrits par des adolescents ou des réduits du bulbe qui ne savent pas comment occuper leurs soirées entre deux pubs télé ? Il y en a des comme ça c’est vrai. Mais il n’y a aussi des journalistes qui écrivent des blogs. Il y a aussi des utilisateurs, il y a aussi des praticiens, il y a aussi des expérimentateurs. Le blog peut dans certains cas devenir une véritable communauté de pratiques (toujours en restant dans le contexte technique de votre billet). Et c’est d’une valeur inestimable. Il est aussi vrai qu’il y a 20, 30, 40 ans un lecteur standard ne lisait qu’un seul journal : « Moi je suis Paris–Jour » Ah Bon ? Moi c’est le Parisien libéré que je préfère, les mots croisés sont plus faciles » « Ouais, mais il n’y pas les dessins de Faisant… ». Aujourd’hui, le Net-informé a appris à surfer il est vrai, mais surtout à fouiller et à dénicher la perle. La sienne. Le lecteur n’est pas un abruti pour qui il faut tout mâcher. Il trie, réfléchit, et se fidélise à ses « éditeurs du moment ». D’autre part, pas de crainte, le journaliste a aussi sa place. Grâce à sa maîtrise de la syntaxe et de la structure, grâce à sa connaissance de la technique du transfert de l’information » Il concentrera une bonne part du trafic. Il faut simplement qu’il apprenne qu’il n’est plus seul et qu’un contre-pouvoir a pris corps.
Et si on les laissait démarrer avant de critiquer ? Non ?
Alain Fernandez

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.